Relationnel

Comment travailler avec un manager de la génération Y ?

01/06/2012

Si votre responsable fait partie de cette génération Y, voici quelques conseils qui pourront vous donner des repères afin de mieux les comprendre et être en phase avec eux. Par Elisabeth Durand-Mirtain, consultante et formatrice.

> La génération Y : quelques repères

Stress et débordements : les conseils d'Elisabeth Durand Mirtain

Ils sont 13 millions, ont entre 20 et 35 ans et ont des codes et des modes de fonctionnement bien particuliers. Pour eux, la vie familiale est plus importante que le travail, en opposition avec leurs aînés, ils laissent ainsi une place aux loisirs. La génération Y est également synonyme de génération zapping (avec une forte faculté d'adaptation au changement) ou génération Web 2.0, très à l'aise avec l'univers technologique.

En tant que managers, ils pratiquent un management de proximité et attachent de l'importance à la relation interpersonnelle. Ils travaillent souvent dans l'urgence et l'instantanéité. Très documentés, ils possèdent un niveau de connaissance élevé. Enfin, ils travaillent plus pour gagner leur vie, tout en se développant, que pour l'attachement à l'entreprise... à condition d'en partager les valeurs. Ils vivent le travail comme une succession d'expériences.

En bref : une génération impatiente, connectée et créative !

> Le manager est issu de la génération Y ? Quelques conseils...

Le principal rôle de l'assistant(e) sera de rassurer et de désamorcer les conflits.
Exemple : « il ne respecte rien ! », dit-on. Et bien « si » ! Certes, il ne respecte pas l'autorité en tant que telle, mais en revanche, il respecte les personnes et les organisations dès lors qu'elles visent un objectif.

  • Restez à la page pour être à l'aise avec les technologies, il va falloir « être à jour ». En effet, les managers de la génération Y sont familiarisés avec ces outils et... en plus ... ils ne peuvent pas vivre sans (de vrais gueek !). Formez-vous pour développer ou entretenir vos compétences en web 2.0. Ayez l'esprit « réseau » !
  • Prenez des initiatives. Le manager de la génération Y est autonome et fonctionne beaucoup à l'instinct. Il appréciera d'autant plus votre capacité à vous valoriser et à proposer de nouveaux projets ou de nouvelles idées. Restez en veille !
  • Pour qu'il vous fasse confiance, prouvez-lui qu'il peut compter sur vous et mettez en place des règles de travail qui le rassureront. En effet, comme il est normalement peu sensible aux règles collectives, il est important de les lui expliquer et de lui en montrer le bien fondé.
  • Ils n'accordent pas forcément d'importance à l'expérience. Pour eux, ce sont les résultats qui comptent. Donc peu importe la méthode que vous utilisiez « avant », pour être efficace « aujourd'hui », il peut vous demander de revoir vos méthodes...
  • Auto-valorisez-vous ! En effet, inutile de compter sur un manager Y pour vous congratuler... À vous de trouver les moyens de satisfaire votre besoin de reconnaissance...
  • Organisez-vous. Car, le manager Y est capable de faire plusieurs choses en même temps (envoyer des mails ou des SMS en réunion par exemple).
  • Le manager Y sait équilibrer sa vie privée et sa vie professionnelle... Faites en sorte de respecter ses rythmes et profitez-en pour vérifiez si votre équilibre à vous est tel que vous le souhaitez.
  • Démontrez votre capacité d'adaptation. Elevé dans un monde où tout change vite, il a appris à s'adapter en permanence. Il est pragmatique. Il veut souvent tout changer même ce que vous avez mis plusieurs années à mettre en place. Ceci n'est pas forcément un signe d'arrogance ou de manque de maturité. C'est une garantie de sa performance... À vous de le canaliser !
  • Pour « coller » à son management de proximité, mettez l'accent sur la convivialité dans le travail et dans les relations ! Vous travaillerez ainsi de façon plus décontractée et il saura apprécier...

Même si ces managers issus de la génération Y sont autonomes et donnent l'impression de se débrouiller seuls, votre rôle d'accompagnateur/trice reste important et à ne surtout pas prendre à la légère !

À retenir : un manager génération Y ne travaille pour... mais avec !

> Témoignage de Romain Millet, un manager génération Y « pur jus » !

romain-milletRomain Millet, 32 ans, directeur et gérant d'une SARL familiale. Il travaille avec une assistante, Laurence, en direct depuis 4 ans. Cette dernière travaillait auparavant avec le père de Romain. Les règles ont un peu changé... Voici ce qu'il attend de son assistante et les changements de management qu'il a opérés en succédant à son père.

Depuis qu'il est le dirigeant/gérant a fait des changements dans le mode de collaboration avec son assistante.

> Développement des compétences de l'assistante

Romain fait en sorte de développer les compétences de Laurence sur les aspects commerciaux comme la qualification des besoins des clients, etc. « J'ai souhaité qu'elle soit ce qu'elle est aujourd'hui, c'est-à-dire le 1er contact des clients ».

> Peu d'exécution et une plus grande autonomie pour développer le business

Laurence gère certains dossiers de A à Z sans le contrôle de Romain : « Cela me fait gagner du temps et je souhaite que Laurence m'épaule dans le développement du business », confirme Romain.

> Allègement de certaines tâches

Romain a allégé les tâches comptables de son assistante pour les transférer sur le comptable de l'entreprise, dont c'est la fonction...

> Une communication fluide mais respectueuse - Un manager abordable

Romain a adopté un mode de communication plus fluide avec moins de distance hiérarchique. « Nous sommes sur la même longueur d'onde mais elle reste mon assistante. Nous nous tutoyons, mais ce tutoiement veut aussi dire respect ». Dans ce mode de collaboration, la difficulté est de mettre des barrières à la fonction de chacun. Je suis plus ouvert à la discussion dans tous les domaines, même personnels ».

> L'assistante comme force de proposition ++

Romain souhaite que son assistante soit force de proposition et lui donne des idées. « Je l'écoute et je prends en compte ce qu'elle me dit, même je conserve la prise de décision ».

> Un support sur les compétences bureautiques

Les compétences complémentaires de l'assistante en bureautique sont bien exploitées. « Par exemple, elle est bien meilleure que moi en Powerpoint et en anglais que moi donc, elle est en charge plus spécifiquement de ces tâches ».

 

En savoir plus

Elisabeth Durand-Mirtain

Elisabeth Durand-Mirtain

Cet article a été rédigé en partenariat avec Elisabeth Durand-Mirtain, consultante et formatrice.

Pour une formation, un renseignement :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 06 13 51 11 26
www.mirtain.com - www.blog-assistantes.fr

 

 

Note (4 votes)

Notez cet article (Cliquez sur les étoiles)

Ajouter un commentaire

1000 caractères max

Rédiger un commentaire

Pour publier votre commentaire, veuillez-vous identifier.

Se connecter

Vous n’avez pas encore de compte Kalligo ?
Inscrivez-vous dès maintenant en quelques clics :

S'inscrire gratuitement

  • Le 05/06/2012 à 13h01 par Oror

    On écrit "geek" et non "gueek"... enfin quand on a entre 20 et 35 ans ^^

 
Publicité

Newsletter

Recevez chaque semaine nos infos et astuces par email !

Témoignage
de Annie

Gestionnaire projet communication - LAWOMATIC

Le télétravail présente des avantages mais il est impossible de traverser un couloir pour une aide, un conseil, un coup de main. Heureusement, il y a KALLIGO. Comme je passe de longues heures dans le train tous les mois, j'ai copié vos fiches dans OneNote et je profite de ces trajets pour découvrir vos astuces ou réactualiser mes connaissances. Merci KALLIGO et merci Natacha : un lien précieux.