Salon

Préparer son stand de salon ou comment ne pas se faire piller ses idées et son savoir-faire !

24/04/2012

Votre entreprise a décidé d'exposer sur un salon professionnel ? Si vous détenez un savoir-faire particulier ou si vous intervenez sur un marché très concurrentiel, vous devrez prendre certaines précautions pour ne pas vous faire « piller » vos idées ! Les conseils de Jean-Marie Garcia, spécialiste de la maîtrise des risques en entreprise.

Natacha de Kalligo : pourquoi prendre des précautions particulières lorsque l'on expose sur un salon professionnel ?

Préparer son stand de salon ou comment ne pas se faire piller ses idées et son savoir-faire !

Jean-Marie Garcia : les salons sont pour vous l'occasion de faire des affaires. Pour d'autres, c'est une manière de venir « piller » le fruit de votre travail.

Selon la DCRI*, en 2009, 3000 entreprises françaises ont été victimes d'actions destinées à leur voler leurs secrets de fabrication, à déstabiliser leur direction ou à gêner le lancement de nouveaux produits. 71% de ces entreprises sont des TPE et PME. Sans être paranoïaque, il faut être vigilant...

Natacha de Kalligo : les assistantes sont bien souvent les organisatrices des salons. Selon vous, que doivent-elles protéger ?

Jean-Marie Garcia : elles doivent d'abord définir les informations à protéger afin de mettre à l'abri les supports d'information qui en sont la traduction physique.

Exemple d'informations qui doivent être protégées :

  • Des avantages concurrentiels (prix, réponse à appel d'offre, technologie, ....)
  • Des informations utilisables pour booster les affaires
  • Des produits spécifiques et/ou innovants
  • Des services
  • Des informations stratégiques de l'entreprise (politique R&D, politique d'achat et d'approvisionnement, tactiques de vente et de conquête de marché)
  • Des informations technologiques
  • ...

Une fois ces éléments identifiés, je vous conseille de faire une liste des informations repérées et des supports correspondants (objets, documents, réseaux informatiques, données informatisées ou fichiers...).

Natacha de Kalligo : et si les produits sont brevetés ?

Jean-Marie Garcia : même si vous avez breveté votre produit ou service, attention à ne pas exclure trop vite le sujet :

  • La durée de protection d'un brevet est limitée et toutes les astuces et points particuliers de fabrication n'y figurent pas obligatoirement.
  • Les actions pour faire reconnaitre ses droits face à la contrefaçon sont coûteuses et longues.

Natacha de Kalligo : quelles précautions peut-on prendre pour se protéger au mieux ?

Jean-Marie Garcia : premièrement, faites en sorte que vos équipes ne dévoilent pas vos informations confidentielles... L'homme, pour différentes raisons, a une tendance naturelle à en dire plus que de raison et à se laisser emmener au cours d'un bavardage sur des sujets sensibles. Pour contrer ces dérapages, sensibilisez préalablement les personnes qui seront présentes sur le stand. Exposez-leur clairement ce qui ne doit pas être divulgué et préparez un argumentaire leur permettant de répondre aux questions embarrassantes.

Bien entendu, les encarts et plaquettes publicitaires doivent également, avant toute diffusion, faire l'objet d'un examen tout aussi attentif.

Deuxièmement, sur le stand, sécurisez vos documents. Vous devez limiter au strict besoin le nombre de documents ou matériels sensibles et les numéroter. En parallèle, il faut prévoir une déchiqueteuse qui sera la voie d'élimination des documents papiers, les poubelles étant réservées aux autres déchets.

La question de la nécessité ou non du gardiennage du stand en période de fermeture doit être aussi étudiée.

Natacha de Kalligo : et si nous avons du matériel informatique mobile sur le stand ?

Jean-Marie Garcia : commencez par activer, si ce n'est déjà fait, le verrouillage automatique de la session et mettez en place un mot de passe personnel et secret d'au moins 8 caractères alphanumériques.

Pensez à désactiver les fonctions sans fil, Wifi et Bluetooth, de vos appareils (téléphone, Smartphone, PC, tablette). Désactivez aussi les périphériques qui ne sont pas absolument nécessaires (les lecteurs/graveur de CD et DVD, les ports USB...). Dans tous les cas, n'y connectez pas un support numérique dont la provenance n'est pas connue ou, au pire, qui n'ai pas été analysé par un antivirus.

Natacha de Kalligo : concrètement, comment peut-on protéger une information sensible ?

Jean-Marie Garcia : il y a une possibilité à laquelle les PME ne pensent pas souvent, il s'agit du masquage. Une partie du matériel est bâchée. Elle est alors à l'abri des vues et des flashes. Cette technique est utilisée lors des essais routiers de prototypes de véhicules ou bien lors de salons aéronautiques durant lesquels des appareils en état de vol sont exposés. Les parties les plus sensibles sont alors bâchées. Il faut alors fixer des règles précises pour la levée de ces bâches (qui décide ? dans quelles circonstances ? ...)

Natacha de Kalligo : les visiteurs sont parfois curieux... Comment savoir s'ils sont de bonnes foi ou au contraire, s'ils ne cherchent pas à obtenir des informations ?

Jean-Marie Garcia : chaque visiteur avec qui s'établie une conversation doit être identifié. L'utilisation des systèmes de pistolets lecteurs de badges mis à disposition par les organisateurs constitue une première précaution. Pensez en complément, à demander une carte de visite professionnelle. En effet, vos concurrents, sous couvert d'anonymat, peuvent visiter votre stand tout comme certains ‘'journalistes''.

Natacha de Kalligo : Y-a-t-il d'autres précautions à prendre ?

Jean-Marie Garcia : Oui, tous les lieux constituant l'environnement du salon doivent faire l'objet d'une attention particulière : les cocktails, repas, pauses déjeuner... c'est un moment ou la tension se relâche. C'est alors qu'une personne inconnue vous aborde ‘'par hazard''. Elle est particulièrement sympathique et peut même manifester une certaine empathie et est souvent francophone et/ou francophile. Cette personne n'a souvent pas de carte de visite professionnelle sur elle mais elle vous dit connaitre votre entourage professionnel et ce, de façon tout à fait plausible. Lorsque vous lui parler de vous (ce que nous avons tous tendance à faire) elle manifeste un très vif intérêt.

Mon conseil : ne livrez rien et passez à l'offensive en questionnant largement sur le ton de la conversation à bâtons rompus. Vous verrez bien sa réaction : si très rapidement et sans répondre précisément à vos questions, votre interlocuteur trouve un prétexte pour s'esquiver, c'est que vous aviez raison de vous méfier.

Attention aux hôtels également : ce sont des lieux de repos qui incitent aussi à baisser sa garde. Pensez à ne jamais laisser de documents sensibles ou confidentiels dans sa chambre sans surveillance, ni les déposer dans le coffre de la chambre ou de l'hôtel. Il faut les garder par devers soi. Les réseaux de communications peuvent tout aussi bien être mis sous surveillance. Donc, n'abordez pas certains sujets au téléphone, soyez prudent dans vos comptes rendus téléphoniques et évitez d'utiliser les moyens de connexion offerts par l'hôtel (borne Wifi gratuite, Internet...)

Évitez aussi les conversations professionnelles dans les transports en commun et lieux publics.

Pensez enfin qu'un salon n'est terminé qu'au moment où tout est rangé et chargé. Il serait dommage de gâcher un sans-faute à ce moment-là. Aussi, n'oubliez pas de vérifier avant le départ que plus rien ne traine sur le stand et qu'aucun des matériels et documents ne manquent à l'appel.

*Direction Centrale du Renseignement Intérieur

En savoir plus

Dominique Charmes

Jean-Marie Garcia

Cet article a été rédigé en partenariat avec Jean-Marie Garcia, directeur général d'Adversus Alea, spécialiste de la maîtrise de risques, agréé INSSI et CERIC par le CNPP.

Pour une formation, un renseignement :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 06 83 22 46 67
www.adversus-alea.com

 

Note (0 votes)

Notez cet article (Cliquez sur les étoiles)

Ajouter un commentaire

1000 caractères max

Rédiger un commentaire

Pour publier votre commentaire, veuillez-vous identifier.

Se connecter

Vous n’avez pas encore de compte Kalligo ?
Inscrivez-vous dès maintenant en quelques clics :

S'inscrire gratuitement

  • Le 24/04/2012 à 09h09 par Gabieve

    Merci pour l'article, je suis justement entrain de préparer la participation de notre entreprise à un salon. Et j'étais entrain de confectionner des cartons d'invitations!!

 
Publicité

Newsletter

Recevez chaque semaine nos infos et astuces par email !

Témoignage
de Hermine

Secrétaire de direction - Finam

Avec Kalligo, j'ai appris beaucoup dans le métier de secrétaire. J'ai organisé des formations et des supports d'accueil aux caissières au sein de mon établissement grâce à votre site ! Un grand bravo et merci pour ce partage de connaissances.