Evolution & Portraits métier

Travailler à son compte : les 7 questions à se poser avant de se lancer !

16/09/2013

Améliorer ses conditions de travail, devenir son propre patron, s'affranchir des contraintes de la vie de salarié... A première vue les bonnes raisons de se mettre à son compte ne manquent pas. Si l'idée est tentante, avant de franchir le pas, quelques réflexions s'imposent.

Depuis l'avènement du statut d'auto-entrepreneur, les créations d'activités indépendantes n'ont jamais été aussi nombreuses. Bien que régulièrement menacé de disparition, ce statut permet de franchir le cap sans risque ou presque : il est moins taxé et surtout, en cas de chiffre d'affaires nul, on ne paye pas de cotisations. Cependant, malgré une apparente facilité, se mettre à son compte doit être précédé par une réflexion personnelle. Il faut anticiper plusieurs facteurs : l'activité va-t-elle marcher ? A combien puis-je estimer mes revenus ? Suis-je capable de travailler seule et sans la garantie qu'apporte le salariat ? Bref, avant de voler de ses propres ailes, il faut se poser quelques questions essentielles. Voici quelques pistes de recherche avant de faire le grand saut.

1- Quelle est ma motivation ? Quelles sont les raisons pour lesquelles je souhaite devenir assistante indépendante ?

Si la question peut paraître simpliste, il est pourtant primordial d'y répondre pour identifier clairement les raisons qui vous poussent à vous installer à votre compte. Ne plus dépendre d'un patron, être autonome, faciliter sa vie personnelle... La liste des avantages que peut procurer le travail en indépendant est longue. Pour autant, au-delà de la théorie, travailler pour soi n'est pas forcément aussi confortable qu'il n'y paraît. Se lancer dans cette voie, c'est assumer seule des responsabilités importantes et renoncer à la sécurité financière et mentale d'un poste en entreprise. A ce stade, il convient donc de confronter vos envies et vos capacités aux qualités requises pour réussir dans cette voie. Demandez-vous sincèrement si vous êtes prête à assumer les implications inhérentes au travail en solo. Car une chose est sûre, même si votre emploi du temps sera bien plus flexible qu'en entreprise, il y a fort à parier que vous travaillerez plus, sans forcément gagner plus. Cette étape de réflexion doit donc aussi vous permettre de formaliser vos ambitions et de construire une offre avec les prestations que vous souhaitez proposer à vos futurs clients. En résumé, vous devez avant tout penser projet professionnel et non pas seulement confort personnel.

2- Suis-je capable de travailler seule ?

Travailler seule et souvent de chez soi fait partie des spécificités du travail freelance. Selon les personnalités, on peut le percevoir comme un avantage ou un inconvénient. Quoi qu'il en soit, lorsque l'on en a pas l'habitude, rester seule face à son travail au quotidien réclame adaptation et mise en place d'un planning auquel il est essentiel de se tenir. S'il faut à la fois faire preuve de rigueur et d'organisation pour se contraindre à un rythme, il faut aussi accepter une vie sociale plus limitée. En effet, à moins de se déplacer chez vos clients, il faut être conscient que vous passerez de nombreuses heures, isolée, et ne pourrez pas partager vos états d'âme professionnels avec des collègues. Le rythme à trouver entre travail assidu et moments de pause et de rencontres doit être soigneusement calibré.

3-Quelles prestations vais-je proposer ? Quelle est ma valeur ajoutée ?

Proposer un service, c'est bien, mais personne ne vous a attendu pour le faire. Autrement dit, pour que vos potentiels clients comprennent immédiatement ce que vous pourrez leur apporter, votre offre doit d'abord être claire pour vous. Il faut déjà lister vos compétences et construire un package de services assorti d'une grille tarifaire en vous mettant en permanence dans la posture du client : à sa place, serait-je intéressée par l'offre proposée et serais-je capable de la payer ? Qu'est-ce qui différencie mon offre de tout ce qui existe. Cette étape est essentielle et mérite d'être testée au préalable auprès de vos proches, mais aussi en utilisant votre réseau professionnel, sans la moindre connivence. Il faut vous préparer à négocier, car dès qu'il s'agit de payer une prestation, les relations avec vos contacts seront différentes.

4- Combien vais-je gagner ?

Attention, quand on passe de la vie de salarié à celle d'entrepreneur, on a tendance à croire que 1 500 euros gagnés en freelance correspondent à 1 500 euros de salaire. Pourtant, on est loin du compte. Même en utilisant le statut le moins chargé (l'auto-entrepreneur), vous devrez céder entre 21 et 23 % de cotisations sociales. Ensuite, à charge pour vous de payer plein-pot une mutuelle santé complémentaire bien souvent subventionnée quand on est salarié. Enfin, vous devrez assumer les frais de transport (véhicule...) ainsi que votre équipement professionnel. Bref, la règle est d'être pessimiste et donc de tabler sur un chiffre d'affaires mensuel de 2 500 euros pour espérer gagner 1 500 euros.

5- Quelle échéance pour savoir si mon activité est viable ?

Les débuts sont toujours difficiles dans la mesure où vous arrivez sur un marché concurrentiel et que personne ne vous connait. On estime à environ un an, la période nécessaire à un freelance pour construire un portefeuille clients pérenne qui lui permet de vivre. Cela dit, les six premiers mois sont souvent de bons indicateurs quant à l'intérêt de votre proposition commerciale. Si, durant cette période, vos n'avez aucun contrat, il faut remettre en question, soit l'offre, soit la manière de la faire connaitre. En général, c'est votre premier client qui détermine la suite des évènements car il est en général le meilleur ambassadeur pour vous apporter d'autres clients, grâce au bouche-à-oreille.

6- Comment vais-je me faire connaitre ?

C'est la question primordiale car se faire connaitre réclame énormément de temps passé à rencontrer de potentiels clients, bref à élargir son réseau. Beaucoup d'assistantes croient qu'un site Internet est la clé la moins onéreuse et la plus efficace pour trouver des missions. C'est parfois le cas en utilisant les réseaux existants de freelance et de télé-secrétaires mais très rarement grâce à un site personnel : s'agissant de services sur mesure, les clients « achètent » rarement à distance. Il vous faudra donc trouver une porte d'entrée et souvent passer par la fenêtre en étant originale : participation à des évènements, à des séminaires d'entrepreneurs... sont autant de moyens de créer des contacts et donc de vous vendre.

7- Qu'en est-il de la pérennité de mon activité dans le temps ?

Si vous franchissez le cap des trois ans d'activité en freelance, vous pouvez commencer à être rassurée. Cette durée correspond à la période de fermeture de la majorité des entreprises non-pérenne. Et ce n'est pas un hasard puisque passer ce cap signifie que vous pouvez tenir en trésorerie, tant pour vous payer que vous acquitter de vos charges. Se pose alors la question de garder le même statut, ou alors de grossir et d'employer d'autres ressources.

 

 

Note (9 votes)

Notez cet article (Cliquez sur les étoiles)

Ajouter un commentaire

1000 caractères max

Rédiger un commentaire

Pour publier votre commentaire, veuillez-vous identifier.

Se connecter

Vous n’avez pas encore de compte Kalligo ?
Inscrivez-vous dès maintenant en quelques clics :

S'inscrire gratuitement

Newsletter

Recevez chaque semaine nos infos et astuces par email !

Témoignage
de Ophélie

Apprentie assistante manager - Agence immobilière

Je trouve que le site Kalligo est très rassurant pour les assistantes car c'est une sorte d'appui et de soutien permanent.
Cependant, je trouve que les fiches pratiques et toutes les autres aides ne sont pas assez poussées. Je m'explique étant en deuxième année du BTS assistant manager, je ne trouve pas tous les outils et surtout il manque les outils les plus complexes. Je souhaite faire une licence professionnelle logistique à la rentrée de septembre 2012 et j'aimerais avoir des outils concernant ce domaine.
Je me suis inscrite sur ce site car je le trouve vraiment bien fait et très attrayant pour notre domaine professionnelle.