Démission / Licenciement

L’avertissement : la sanction de base

03/12/2010

Vous arrivez fréquemment en retard et avez reçu un avertissement ? Attention, bien que ce soit une sanction légère c’est aussi une mise en garde.

Petit éclairage sur sa signification et sur la procédure.

 

L’avertissement : la sanction de base

   > QU’EST CE QU’UN AVERTISSEMENT ?

 

Pour un employeur, un avertissement est une façon de prévenir son salarié d’un problème lié à son attitude professionnelle. Absences sans justification, retards répétés, mauvaise exécution des tâches, provocations vis à vis d’un responsable… Les motifs peuvent être divers.

Que remet en question cette remontrance ? Ni votre présence dans l’entreprise, ni votre rémunération, ni vos fonctions. C’est une sanction légère.


   > QUELLE EST LA PROCÉDURE ?

 

La règle est simple : il n’y en a pas ! Et oui, l’avertissement est la seule sanction qui ne nécessite pas de procédure particulière. Par oral ou par écrit, votre employeur peut décider de vous adresser un avertissement sans entretien préalable.

La seule chose à respecter est le délai de prescription de la faute. On vous reproche un fait datant de plus de 2 mois ? L’avertissement n’est plus valable !


   > COMMENT ÇA SE PASSE ?

 

Le plus souvent, votre employeur essaie au préalable de discuter avec vous du problème rencontré.
Il n’y a pas d’amélioration ? Vous recevez un avertissement oral mais plus généralement par écrit, en lettre recommandée ou remise en main propre. C’est une façon pour l’employeur de conserver une trace des faits et de commencer à constituer un dossier en vue d’un éventuel licenciement …

Prenez-le au sérieux ! Un avertissement n’est pas anodin, surtout s’il précise que vous serez passible de sanctions plus sévères en cas de renouvellement des faits. Vous aurez deux avertissements. La troisième lettre recommandée pourra, elle, contenir une convocation à un entretien préalable de licenciement !


   > QUE DOIS-JE FAIRE ?

 

Dans des relations normales de travail, vous serez reçue après votre avertissement pour pouvoir vous expliquer. C’est une bonne occasion pour exposer vos raisons sur les faits reprochés et tenter de trouver une solution.
N’hésitez pas à faire valoir vos arguments. Une bonne discussion avec votre employeur peut désamorcer une « crise » et permettre à chacun de repartir sur de nouvelles bases.

On ne vous propose pas d’entretien ? Adressez une lettre de réponse à votre employeur. Il n’y a pas d’obligation mais il est toujours préférable de renouer un dialogue avec lui plutôt que de faire la sourde oreille ! Si vous avez des circonstances atténuantes, vous pourrez ainsi les exposer.


L’ASTUCE KALLIGO

Vous pensez que votre avertissement n’est pas vraiment justifié ? Dans votre lettre de réponse faites apparaître clairement les faits susceptibles d’atténuer votre responsabilité : éléments objectifs et que vous pouvez prouver, témoignages de vos collègues, certificats…Vous pouvez demander conseil à vos délégués du personnel.

 

Note (0 votes)

Notez cet article (Cliquez sur les étoiles)

Ajouter un commentaire

1000 caractères max

Rédiger un commentaire

Pour publier votre commentaire, veuillez-vous identifier.

Se connecter

Vous n’avez pas encore de compte Kalligo ?
Inscrivez-vous dès maintenant en quelques clics :

S'inscrire gratuitement

Newsletter

Recevez chaque semaine nos infos et astuces par email !

Témoignage
de Muriel

Secrétaire Freelance - A.C.G.A.

J'utilise beaucoup les fiches pratiques et les documents types dans mon quotidien. Kalligo est une mine d'or. Le site est clair, les informations précises, pas de perte de temps à chercher. Kalligo nous aide à progresser dans notre métier. C'est vraiment le complice indispensable des assistantes.